Rechercher
  • Julie Lemaitre

Yoga et maternité: La porte des possibles


J'ai déjà écris quelques articles, mais pas encore un seul qui parle de ce que je fais vraiment! Alors voilà, c'est pour aujourd'hui! Le yoga et la maternité! ma passion à moi! je vous en parle et j'essaie de vous dire pourquoi les deux vont si bien ensemble et pourquoi le yoga peut véritablement se placer AU SERVICE de la maternité.


Il n'est plus rare aujourd'hui de pratiquer le yoga, surtout pendant la grossesse... C'est même plutôt à la mode … Mais alors pourquoi le yoga c'est bien pendant la grossesse ? Pour être bien, confortable, sereine... OUI, mais pas seulement...Le yoga pendant la grossesse ça peut être un outil de bien être mais ça peut surtout devenir une porte d'entrée magistrale vers une transformation intérieure profonde qui vous reconnecte avec vos propres forces, ces forces qui vous permettront d'être actrice de votre enfantement.

Le yoga maternité tel qu'il m'a était transmis par Martine Texier , c'est vraiment plus qu'une pratique corporelle, c'est un chemin , un accompagnement vers une naissance vécu dans sa dimension initiatique.


Pratiquer le yoga c'est d'abord entrer en contact avec son corps. Et ça, si on est passé à côtés pendant le reste de sa vie ou du moins une partie, pendant la grossesse, c'est incontournable...Parce que, de fait, les changements du corps et le bébé en nous, nous rappel inlassablement au corps. Et surtout, la naissance ça se passe dans et avec nos corps.

On peut lire tout les livres possibles sur la naissance, être super informé, super motivé , mais rien n'est plus important et efficace que d'ancrer cette connaissance de manière organique, corporelle, je dirais même cellulaire. La théorie peut profondément transformer, mais passer par le corps est une des clés essentielle pour traverser cette aventure intime qui est éminemment corporelle et sensuelle.


Avec le yoga on va pouvoir plonger dans nos sensations et surtout aller explorer notre corps, ses espaces et notamment l'espace du bassin, espace de vie du bébé et espace de son passage pour la naissance.

En stage j'utilise souvent l'image du film « Rasta rocket » (pour ceux de ma génération, année 80, vous connaîtrez forcément) avant de faire sa descente décisive de bobsleigh, le pilote visualise et re-visualise son trajet, il connaît chaque virage, chaque courbe, chaque ligne par cœur... et bien, pour vous et le bébé, c'est pareil ! Si vous avez une conscience fine, précise, incarnée, consciente de l'espace à parcourir pour cette naissance, si cette zone du bassin est un espace connu, vivant, habité pas seulement par le bébé mais par vous aussi, alors il y a de grandes chances que cette descente merveilleuse se fasse avec plus de facilité.


La grossesse est aussi souvent l'occasion de se réapproprier son corps de femme. Chose qui devrait, selon moi, être enseigner depuis le début, c'est à dire l'enfance et l'adolescence... Mais force est de constater que cette découverte de notre bassin, de nos organes sacrés, de notre périnée, se fait pour la plupart d'entre nous lors d'une première grossesse. Or cet espace de notre corps est le siège de notre puissance de femme, de notre sexualité et de notre maternité. C'est un lieu de notre corps « incontournable », sacré, sensible, lieu de plaisir et de transformation, de souffrance aussi parfois.


Aujourd'hui, plus que jamais depuis que l'humanité existe, nous avons la chance de pouvoir vivre femme, en étant libre. Libre d'enfanter ou non, libre de travailler ou non, de choisir l'homme ou la femme que l'on veut aimer, de jouir, de danser...Bref, la liste n'a jamais été aussi longue...Nos mères, nos grands mères...ect n'ont pas pu vivre tous ça à une si grande échelle et c'est un peu grâce à elles que dans notre société, aujourd'hui, pour la plupart d'entre nous, nous pouvons jouir de cette liberté. Mais force est de constater que cette liberté n'existe pas encore dans tous les domaines de nos vies. Et notamment dans la celui de la naissance. Nous subissons encore beaucoup.

Comment se fait-il que des femmes aujourd'hui en occident, qui peuvent dans quasi tous les domaines de leur vie, être des femmes libres et épanouies, se retrouvent lors de leurs accouchements complètement paniquées et/ou bien heureuses de laisser gérer ça à une équipe médicale? Comment se fait-il que nous nous soyons à ce point libéré pour devenir des femmes debout et que nous continuions à accepter de subir nos enfantement allonger sur le dos ? On a raté un épisode ? On a oublié que la maternité faisait partie intégrante de la féminité pour la plupart des femmes ? Quand j'y pense les bras m'en tombent !... Mais peut importe je crois qu'il est l'heure aujourd'hui; le changement point à l'horizon. Nous avons accès de plus en plus aux informations et aux outils pour effectuer notre transformation/libération. L'espace virtuelle d'internet qui regorge de formations , de vidéos, de podcast, les centaines de livres sur le sujet , l'explosion des doulas qui informent et accompagnent les femmes dans leur chemin de maternité, les sages-femmes extraordinaire qui peuvent nous guider... la liste est longue. Alors n’hésitons pas ! Réapproprions nous ce domaine de nos existences de femmes, faisons le aussi pour honorer les femmes qui ont vécu avant nous et celle qui viendront après.


Aujourd'hui nous avons des tas d'outils pour entrer en contact avec nous même, connaître nos forces de femme et les incarner et enfanter dans toute notre puissance ! Le jeu , la découverte , en vaut la chandelle... Le yoga est un moyen unique de s'amuser avec tout ça...

Avec lui, nous allons découvrir en sentant la magie de notre anatomie, la logique imparable du jeu de nos articulations, et comment on peut les rendre plus souples, plus mobiles. Notre capacité à agir par le mouvement et la visualisation, le jeu de la conscience qui vient faire vibrer et s'ouvrir nos espaces intérieurs. En observant les réels changements qui s'opèrent dans nos corps après des pratiques simples de yoga , on gagne naturellement en confiance, car on se rend actrice de notre grossesse.


Pratiquer le yoga c'est aussi apprendre à apprivoiser l'invisible. Votre enfant est là, en vous, présent , et pourtant invisible... Ce n'est parfois pas évident de créer une relation avec ce bébé que l'on sent, avec qui on partage notre corps, mais que l'on ne voit pas... Nous somme tellement habitué dans notre société à croire que la réalité se limite uniquement à ce que l'on voit , que entrer en relation avec cet être là invisible à nos yeux, mais si présent dans nos sensations, cela peut être perturbant. J'ai entendu souvent les femmes ou les pères me dirent qu'ils étaient assez mal à l'aise de parler à leur bébé ou que ce n'était pas si facile d'entrer en lien avec lui. Pour cela, le yoga est une porte d'entrée magnifique. En pratiquant le yoga on entre de manière simple et évidente avec « l'invisible », rien de mystique ou de compliqué là dedans... En affinant vos perceptions, en les agrandissant par des pratiques simples et accessibles à tous, le yoga vous amène à être plus présent à vous même et par là, à entrer en relation avec la présence des autres, visibles et invisibles. Or ce lien à votre bébé est primordiale. Avec la pratique , je suis de plus en plus persuader que cette création précoce du lien parent-enfant dés le début de la grossesse est une des clés essentielle d'une maternité et d'un enfantement en confiance et en puissance.


Quand nous enfantons, nous changeons d'état de conscience. C'est prouvé scientifiquement, c'est une évidence physiologique. La femme qui accouche, doit quitter son état de conscience, sa réalité habituelle pour que le processus de la naissance ait lieu. Là encore, rien de compliqué. La naissance est un processus physiologique et autonome. Je dis bien autonome, c'est à dire comme la respiration ou la digestion... On n'a rien à faire, c'est le corps qui agit. La nature à prévu un cocktail parfait d'hormones pour aider la femme à quitter sa réalité et à doucement s'ouvrir autant physiquement qu'avec sa conscience pour laisser passer son bébé. Ce processus est simple et incroyablement efficace quand il n'est pas perturbé par des facteurs extérieurs. Mais nous femmes civilisées du 21eme siècle , avons de plus en plus de mal à accepter, à accéder à ce processus de changement d’état de conscience. D'abord parce que ça peut faire peur...quand on n'a pas identifié ce processus, quand on est projeté dans cet espace si inconnu, on peut être fortement déstabilisé et du coup : résister, et du coup, interférer dans le déroulement de ce processus naturel qui cherche à s'installer.

En yoga , on joue sans arrêt avec ces changements d'état de conscience. On vient stimuler cette partie de notre cerveau qui est active durant la naissance, le cerveau reptilien (ou primitif) cette partie du cerveau qui sent, qui goûte, mais qui ne pense pas, ne classe pas, ne contrôle pas...Cet espace en nous où l'on se sent large, fluide, agrandi, silencieux. Cela demande un peu de pratique, surtout pour les grands « penseurs », les gens habitués à être « à cent à l'heure », mais cet espace intérieur est accessible à chacun et le jeu des changements d'états de conscience aussi. Lorsqu'une femme connaît ce processus, elle plonge avec beaucoup plus de confiance dans la tempête de l’enfantement.




Un des autres cadeaux du yoga c'est l’accès au fameux lâcher-prise, puisqu'à force de pratique, de relaxation, on apprivoise cette capacité innée que nous avons et qui est souvent inexploité. Pour pouvoir accepter de changer d'état de conscience, pour pouvoir accepter de s'ouvrir comme jamais. Nous devons lâcher prise. Lâcher prise au delà de tout ce que nous avons connu jusqu'alors. (cf article sur le lâcher-prise)


Dans chaque pratique de yoga il y a un temps pour l'action et un temps pour la récupération, l'observation du ressenti. Ce processus nous invite a investir avec autant de passion le moment d'action et celui de pause, où on ne fait plus rien d'autre que d'être là. Ce petit rituel de la pratique yogique, prépare à vivre son accouchement en investissant naturellement les temps de pause entre les contractions... Temps précieux, où si la femme peut se relâcher profondément, elle va pouvoir récupérer rapidement en énergie et secréter un maximum d'endorphines qui vont l'aider à vivre les contractions suivantes.

Cette pratique fait partie de mes pratiques "chouchoutes", car je pense qu'elle a été un pilier pour chacun de mes accouchements. Capter la temporalité, la rythmicité de l’accouchement et s'y laisser emmener en sachant qu'il y aura des pauses, des temps de récupération, ça donne une confiance infini et un socle solide sur lequel s'appuyer.


La base des pratiques de yoga c'est le souffle, la respiration. Respirer est un acte physiologique autonome, comme l'enfantement ! Or il est facile d’observer comme nous pouvons, la retreindre, n'en vivre qu’une infime partie comparer à sa capacité première lorsqu'elle est libre. En yoga , on va laisser le souffle retrouver sa place , grand, libre, le laisser ouvrir les espace en nous, ventre, cage thoracique, bassin. Sentir comme il peut être un compagnon, une force pour faire toute la place au bébé en nous, et pour nous ouvrir lors de l'enfantement.

Et puis le souffle peut devenir son. En yoga maternité on utilise aussi beaucoup le yoga du son. On s’aperçoit que la vibration d'un son qu'on produit peut venir faire vibrer notre corps jusque dans son ossature, on s'amuse à diriger cette vibration sonore à différents endroit dans notre corps. Lors de mon deuxième enfantement, j'ai pratiqué les sons quasiment tout le long et j'ai découvert que la vibration puissante des sons venaient complémentent diluer l'intensité des contractions. Parfois je ne savais plus vraiment quand commençait ou finissait la contraction, tellement la vibration des sons n’emplissait.


Le yoga nous rappel aussi que nous n'accouchons pas seule, nous accouchons avec la force de la vie. La plupart des femmes qui on accouché par elle même vous diront à peu prés cela : « une force bien plus grande que moi à mis mon bébé au monde ».Or, dans nos vies agitées, nous somme de plus en plus coupé de ces puissance vitales. Avec la pratique du yoga, on vient se reconnecter à la source. A ces forces de vie qui nous dépassent et nous nourrissent. Garder le lien , par des pratiques simple avec ces forces qui nous entourent c'est se donner une chance de plus d'être guider, emmener dans le processus de la naissance avec évidence et puissance. Car nous mettons au monde nos enfants, mais c'est aussi et surtout l'élan de vie, cet appel à la vie, qui met nos enfants au monde... Nous sommes invités à faire corps avec cet élan.


Alors évidemment , il existe des tas d'autres portes d'entrée que le yoga pour cheminer dans cette précieuse aventure de la naissance... mais je vous parle de ce que je connais ! De ma porte d’entrée chérie, chouchoute, chère à mon cœur... je vous parle évidemment de celle que j'ai découverte, foulé, traversé et qui m'a permise de plonger dans l'enfantement et dans ressortir transformé et forte...Alors évidemment , ce n'est pas non plus un remède miracle. Le yoga nous guide, sème des repères sur notre chemin, mais il n’empêche pas les doutes, les petit maux,les peurs... Il nous propose un support pour les transcender , mais le voyage reste le voyage et c'est en ça qu'il est si riche et si tendre.


Les premiers yogis, ceux qui ont découvert, créer la tradition du yoga , était tous de hommes. Je me dis souvent que ce n'est pas un hasard...Les femmes n'avaient pas accès à cette recherche à cette époque (environ 2000 ans av JC), certes, c'est une version de l'histoire, mais en avaient-elles besoin? Puisqu'elles, elles avaient le voyage sacré de l'enfantement pour toucher à toutes les transmutations yogique : corps, mouvement, respiration, changement d'état de conscience, élévation / fragmentation de la conscience, connexion à la source, union avec la source de vie...Le chemin et les pratiques misent en œuvre par les yogis pour atteindre « l'unité », s'apparentent grandement au chemin parcouru par une femme qui porte la vie et la met au monde. Les hommes ont dût travailler dur et faire preuve de créativité et de persévérance pour découvrir et matérialiser les mystères du chemin offert de fait, aux femmes. Cadeau de la vie! Aujourd'hui , nous avons un peu perdu notre capacité instinctive à enfanter, alors remercions ces vieux yogis qui ont tracé ce chemin et nous ont transmis des pratiques puissantes et efficaces pour retrouver le fil de ce savoir instinctif qui est inscrit en chacune de nous.


Parce que finalement, il n'y a rien à apprendre pour accoucher. Il y a plutôt , tout à désapprendre. Désapprendre toutes ces croyances que nous portons et qui nous font penser que nous ne savons pas accoucher, que nous avons besoin d'aide, que c'est dangereux, risqué.

Les « techniques » et pratiques que vous allez vivre en yoga , ne sont là que pour faire miroir avec vos capacités innées et vous rappeler leur existences. Nous avons seulement besoin de regarder en nous, pour nous rappeler à quel point tout est déjà là, à quel point nous somme puissantes . Le yoga se fait guide pour nous rappeler l'évidence.



10 vues

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook
  • Instagram